www.claudereichman.com


Accueil | Articles | Livres | Agenda | Le fait du jour | Programme

A la une

10/1/17 Victor Saint-Gétorix
     
L'émergence du Mouvement des Libérés annonce la disparition prochaine de la Sécurité sociale et de la                          Cinquième République

La visite du portail de la Sécurité sociale amène l'internaute à la page ''Comité d'histoire de la sécurité sociale'', avec un article du 30 novembre 2016 :

''La sociale''. Un film de Gilles Perret
''A VOIR La Sociale, de Benjamin Perret Un film engagé qui raconte la naissance de la sécurité sociale, met en lumière des acteurs oubliés et rend justice à une utopie toujours en marche, et dont bénéficient 65 millions de Français.''


65 millions de Français bénéficieraient d'une utopie toujours en marche depuis 1945 et défendue par un film engagé. Admettons, dirait Bigard. Admettons.

Consultons le dictionnaire de l'Académie française.

Engagé :
''Qui, par ses écrits et ses actes, témoigne d'un engagement politique ou idéologique. Un écrivain engagé. La littérature engagée.''

La Sécurité sociale a besoin d'artistes engagés pour justifier de son existence et de son utilité.

Au cas où, depuis 1945 et parmi ces 65 millions, des Français ou des artistes non engagés douteraient encore des bienfaits de la Sécurité sociale, il est utile de les rééduquer par des artistes engagés rendant justice à cette ''utopie toujours en marche''.

Utopie :
''Plan imaginaire de gouvernement pour une société future idéale, qui réaliserait le bonheur de chacun. Système de conceptions idéalistes des rapports entre l'homme et la société, qui s'oppose à la réalité présente et travaille à sa modification. Idées qui participent à la conception générale d'une société future idéale à construire, généralement jugées chimériques car ne tenant pas compte des réalités. Ce qui appartient au domaine du rêve, de l'irréalisable.''

La Sécurité sociale reconnaît publiquement être une utopie toujours en marche depuis sa création en 1945 et défendue par des artistes ''engagés'', c'est-à-dire proches du parti communiste.

Mais toute utopie se fracasse tôt ou tard au contact de la réalité, ainsi l'URSSAF, pardon, l'URSS a disparu après 69 ans. De même leur Sécurité sociale disparaîtra bientôt au contact d'une réalité économique et humaine devenue intenable : augmentation du coût du travail, encouragement à l'assistanat et à l'immigration, démotivation ou expatriation des personnes qualifiées et laborieuses, chômage et appauvrissement pour de plus en plus de Français, affaiblissement de la France avec toutes ses conséquences nationales et internationales.

Ceux qui réclament la simple application de directives européennes transposées dans le droit français se libèrent certes du monopole illégal de la Sécurité sociale, mais surtout de l'utopie communiste qu'elle représente.

Mais si les Libérés ne combattent que pour la liberté de choisir son assurance maladie ou son assurance retraite, il est possible que ce mouvement ne s'arrête pas là.

''La sécurité sociale est un pilier de la République'', a déclaré François Hollande, Président de la République, célébrant le 70ème anniversaire de la Sécurité sociale le 6 octobre 2015.

Plus de deux siècles après 1789, et alors que figure partout en France la triade républicaine LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ, des Français de plus en plus nombreux luttent pour une liberté pourtant inscrite dans la loi. Et depuis des années ils sont systématiquement déboutés au nom du peuple français par les tribunaux de la République-LIBERTÉ-ÉGALITÉ-FRATERNITÉ, quels que soient leurs arguments.

''Pas de liberté pour les ennemis de la liberté''
, répétait en 1793 Saint-Just, membre du Comité de Salut Public.

La liberté proclamée partout par la République française serait-elle aussi une utopie ?

Mais qu'en est-il de l'égalité et de la fraternité ?
                       L'égalité ?
                       Il ne peut y avoir de liberté s'il y a égalité.
                       Et s'il y a liberté, il n'y a pas d'égalité.
                       Liberté et égalité sont antinomiques.

Que fait un cheval si on tire sur ses rênes et lui donne des coups de cravache ?
Il rue et désarçonne son cavalier.

Contrairement à une idée largement admise chez les Français, l'égalité n'est pas le bâton de maréchal posé dans chaque berceau. L'égalité se réalise bien plus facilement si elle consiste en un nivellement par le bas.

Le mot ÉGALITÉ constitue à lui seul depuis plus de deux siècles un appel à la révolution permanente, un appel permanent à la lutte des classes et au nivellement par le bas.

La fraternité ?

Accueillir, nourrir, loger, soigner, aider, instruire des myriades de clandestins, en très grande partie sans aucune qualification, venus de toute la planète, renommés sans-papiers puis migrants et à présent réfugiés ?

La République Française accorderait-elle aux Français la liberté de refuser l'impôt au titre de l'égalité avec leurs frères réfugiés qui en sont dispensés ?

Sur le site de la Présidence de la République, on peut lire :

''Héritage du siècle des Lumières, la devise " Liberté, Égalité, Fraternité " est invoquée pour la première fois lors de la Révolution française. Souvent remise en cause, elle finit par s'imposer sous la IIIème République. Elle est inscrite dans la constitution de 1958 et fait aujourd'hui partie de notre patrimoine national … Elle figure dans les constitutions de 1946 et 1958 et fait aujourd'hui partie intégrante de notre patrimoine national. On la trouve sur des objets de grande diffusion comme les pièces de monnaie ou les timbres.'' (http://www.elysee.fr/la-presidence/liberte-egalite-fraternite/)

Les révolutionnaires de 1793 arboraient ''LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ OU LA MORT''.

L'émergence des Libérés annonce certes la disparition prochaine de la Sécurité sociale, mais aussi des partis et régimes qui l'ont créée et soutenue depuis 1945. Si la Cinquième République continue à réprimer les Libérés comme elle le fait depuis des années, elle n'y survivra pas.

Luttant pour leur liberté, les Libérés démontrent aux Français qu'un régime reposant sur cette triade républicaine est une utopie.

''Ce qui appartient au domaine du rêve, de l'irréalisable.''

Il leur appartiendra de saisir le pouvoir laissé vacant par la chute de la République, puis de prendre rapidement toutes les mesures énergiques pour remédier enfin aux très graves problèmes de la France.

Tout cela n'a que trop duré.

Victor Saint-Gétorix




Accueil | Articles | Livres | Agenda | Le fait du jour | Programme